Insoutenable légèreté

07-agnes-bonnot3

Jusqu’au 23 mai, le Centre Pompidou consacre une exposition gratuite, aux fascinantes années 80 à travers une soixantaine de photographies et de films, dédiée en partie à la scène occidentale et américaine.

Ultra colorée, baroque et exubérante, nous avons tous en mémoire l’iconographie clinquante de cette décennie dont la surenchère de vernie et d’insouciance semble pourtant révéler un paradoxe, celui d’une époque insaisissable, d’une « insoutenable légèreté » comme le résume si bien le titre de l’expo.

Des photos peintes ou filmées de l’américaine Elizabeth Lennard, aux polaroïds psychédéliques d’Ellen Carey, en passant par les clichés à l’humour effronté de Martin Parr, au portrait de Grace Jones par Jean-Paul Goude ou encore aux décors fabriqués de Pierre et Gilles, l’expo propose un parcours inédit à travers les années 80 en réunissant plus d’une vingtaine d’artistes, dont les oeuvres très connues se mêlent à celles qu’il faut redécouvrir.

Un hommage à une génération qui a su s’opposer au langage des précédentes en abolissant la division entre photographie et peinture, à grands renforts d’humour, d’ironie, d’érotisme et de poésie, faisant des années 80, une période cruciale pour la photographie en France, en tant qu’art et patrimoine. Bref, une expo à ne pas rater!

Article by Les Marseillaises