Gio Ponti : le premier “archi-designer”

cop.jpg.foto.rmedium

Architecte ou designer ? Parce qu’il n’a jamais voulu choisir, Gio Ponti est devenu “l’archi-designer” parmi les plus influents du XXe siècle. Mis à l’honneur au sein d’une rétrospective aux Arts Décoratifs depuis le 19 octobre 2018, son travail y est exposé jusqu’au 5 mai 2019. Les beaux jours sont l’occasion de s’y plonger.

Travailleur acharné, l’Italien Gio Ponti a laissé derrière lui un océan de productions d’un éclectisme lumineux. Design industriel, luminaire, aménagement d’espaces, céramique… Avec plus de 500 pièces exposées, son exposition Tutto Ponti, Gio Ponti archi-designer prend des airs d’hommage en l’honneur de celui que collectionneurs et amateurs d’art révèrent mais que le grand public a peu connu. Voici 3 de ses œuvres les plus emblématiques de ce style élégant, racé, profilé “à l’italienne” qui a révolutionné la vision du design d’après-guerre.

1. La machine à café “Cornuta”

Machine à café « La Cornuta »

Au sommet de sa carrière, Gio Ponti multiplie les projets et cumule les collaborations autour du mobilier. En 1951, “La Cornuta”, commande spéciale de la société La Pavoni, fait grand bruit. Première machine à espresso à être dessinée à l’horizontale, elle évoque pour la première fois une certaine idée de la dolce vita avec des lignes inspirées par les machines rutilantes et l’Italie conquérante que se figure Gio Ponti au sortir de la guerre.

2. Le fauteuil “Triennale”

Fauteuil « Triennale » présenté à la IXe Triennale de Milan, 1951

Imaginé en similicuir et bois de noyer, le fauteuil Triennale mêle l’élégance post-moderne chère à Gio Ponti aux couleurs chaudes et terriennes d’un Sud de l’Italie gorgé de soleil.

3. Les céramiques

Hall de l’Hôtel Parco dei principi, Sorrente, 1960

Passion vive de Gio Ponti, la céramique fait pour lui le lien entre son goût pour l’artisanat et ses envies de productions industrielles. Il en intègre dans plusieurs de ses créations, notamment architecturales. Toujours à l’affût de nouvelles techniques, il expérimente différents types de terres, d’engobes et d’émaux et produit des carreaux colorés pour l’entreprise milanaise Ceramica Joo en 1956 et 1957. Utilisés à l’extérieur, ses carreaux changent les façades en surfaces nacrées et captent les rayons du soleil. À l’intérieur, ses obsessions monochromes rafraîchissent l’air tout en propulsant le visiteur dans un espace surnaturel. Imaginé par l’archi-designer, l’Hôtel Parco dei principi, à Sorrente, est un hommage aux mosaïques bleutées de la côte ligurienne.

Exposition “Tutto Ponti, Gio Ponti archi-designer” au musée des Arts Décoratifs jusqu’au 5 mai 2019.

Suivez-nous