L’univers coloré de Caroline Laguerre, illustratrice

portrait paysage

Parisienne de naissance, cette artiste au style pop et dynamique s’exprime à travers son art. Rencontre avec Caroline Laguerre, dans son atelier.

Vous avez d’abord étudié le cinéma. Pourquoi avoir changé de parcours ?

Après mon bac L, je me suis d’abord lancée dans des études de cinéma. Encore aujourd’hui, je préfère parler de la filmographie d’Éric Rohmer plutôt que de la biennale d’Art contemporain. J’ai ensuite fait des études d’Art, à Aix-en-Provence, puis au Havre, où j’ai obtenu mon DNSEP option Design Graphique, en 2016. Aujourd’hui, je suis de retour à Paris, et je pratique les arts visuels et l’illustration. J’utilise parfois des techniques manuelles comme la peinture acrylique, la gouache, le feutre, parfois le numérique.

Comment définiriez-vous votre travail, votre style ?

Lorsque je parle de mon travail, je dis que je crée des images. Je n’aime pas tellement que l’on me mette dans une case. Ce que j’aime dans ce métier, c’est justement d’avoir les projets les plus divers possible. Ce renouvellement nourrit ma créativité et je ne m’ennuie jamais. Sur le fond, je n’ai pas vraiment de sujet de prédilection, je représente autant des paysages, que des portraits ou des natures mortes. Ma devise : “dessins de qualité, idées lumineuses, modestie”. J’aimerais que chaque projet ait un impact, même s’il est vu par quelqu’un de très très myope. Et en même temps, les détails sont pour moi la partie la plus importante. Contradictoire ? Oui !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Caroline Laguerre (@caroline.laguerre) on

Quelles sont vos inspirations ?

Enfant, j’étais sensible à des détails : un lacet noué comme-ci, une copine qui écrivait ses S majuscule comme cela, deux couleurs côte à côte dans ma trousse… Les détails du quotidien demeurent l’une de mes sources d’inspirations principales. Pour le reste, je la puise dans les podcasts (Les Pieds sur Terre, Le temps d’un bivouac, Affaires Sensibles, Transfert), les voyages, en écoutant les conversations des gens pendant les publicités au cinéma et bien sûr chez les artistes que j’aime (Zebu, Tara Booth, Henri Matisse, Pablo Picasso, Booba, Metronomy, Martin Parr, et bien d’autres).

Pourquoi la couleur est-elle primordiale dans votre travail ? 

La couleur séduit de façon immédiate, sans éveiller l’intellect. La plupart des gens sont attirés de façon instinctive par ce qui est coloré. C’est mon cas. Et quand je créé quelque chose, la seule personne qui doit absolument apprécier le résultat, c’est bien moi-même ! J’ai spontanément commencé à dessiner en couleur, sans trop y réfléchir. Petit à petit, je me suis aperçue que la composition de mes images était liée aux couleurs, un peu comme la charte graphique d’une marque.

Avez-vous une approche différente en fonction du support ?

Oui ! C’est précisément ce qui m’intéresse dans le fait de travailler sur des supports multiples, car ils induisent chacun des contraintes et des enjeux différents. J’adore chercher des idées qui découlent de ces contraintes.

View this post on Instagram

 

A post shared by Caroline Laguerre (@caroline.laguerre) on

Quels seraient les projets sur lesquels vous souhaiteriez travailler ?

Une couverture de livre par exemple, un motif pour des vêtements, ou même l’extérieur d’un avion.

Retrouvez le travail de Caroline Laguerre sur Instagram, et sur son site internet.

L’AMV Journal est un lieu dédié aux rencontres, à la découverte et aux voyages. Chaque semaine, vibrez au rythme des coups de cœur, portraits et inspirations d’American Vintage et de son studio.

Suivez-nous