Pascale Mussard, papesse de la Design Parade

Capture d’écran 2019-06-27 à 09.42.19

Sa passion contamine tous ceux qui ont l’occasion de faire partie de son audience. Fondatrice de la marque “petit h”, le laboratoire de récréation de la maison Hermès, Pascale Mussard réinvente depuis 40 ans les liens entre savoir-faire et artisanat. Sa dernière lubie ? Présider la 4ème édition de la Design Parade, festival international d’architecture d’intérieur, à Toulon. À l’occasion du premier partenariat d’American Vintage avec cette édition 2019, nous l’avons rencontrée.

La “Design Parade” va se tenir du 27 au 30 juin 2019, à Toulon. Quel est le sens de ce festival ?

La Design Parade a pour ambition de partager la création contemporaine dans le domaine de l’architecture d’intérieur avec le public et les professionnels. Le concours présente chaque année dix jeunes designers, leur offrant une vitrine et un accompagnement unique. Le festival de mode de la Villa Noailles à Hyères et la Design Parade, tous deux imaginés par Jean Pierre-Blanc, ont pour objectif d’éduquer le regard, de créer des vocations, de récompenser la créativité et de démontrer l’importance de festivals comme ceux-là pour mettre en lumière le monde de la création de demain.

Toulon, Hyères… Quel est le lien qui unit ces deux événements ?

Le sens de ce festival est aussi de rendre un hommage vibrant à Charles et Marie-Laure de Noailles, célèbre couple mécène de la fin du 20ème siècle qui a largement contribué à l’enrichissement de la culture française en soutenant des artistes de toutes disciplines comme Man Ray, Alberto Giacometti, Salvador Dalí, Jean Cocteau, Francis Poulenc, Luis Buñuel, André Breton… Pour perpétuer la tradition, l’idée est de coller au plus près de leur vision pour imaginer la sélection qu’ils auraient pu mettre au point si ils étaient présents.

François Champsaur (son travail ci-dessus) est cette année président du jury de la Design Parade de Toulon.

La Design Parade fait aujourd’hui partie des événements français phares en termes de création. Est-il important de faire rayonner ainsi le Sud de la France face à l’omniprésence de Paris ?

Je pense que l’idée n’est pas de batailler contre Paris mais il est vrai que Jean-Pierre Blanc, directeur de la villa Noailles, était attristé de voir ce patrimoine historique laissé à l’abandon. Très vite, il va convoquer Hubert Falco, président de Toulon-Provence-Méditerranée, la région rattachée à la ville de Hyères, pour lui proposer de redorer le blason de ce fleuron de l’architecture.  Jean-Pierre a été visionnaire en voulant redonner la parole au Sud : la région est aux premières loges sur la scène artistique contemporaine. Marseille, par exemple, prend un essor considérable. La biennale de Vallauris a pu être modernisée. La fondation Carmignac a été inaugurée en 2018 à Porquerolles…  Et cette année, de nouvelles initiatives viennent appuyer cette ascension, comme avec l’ouverture du master design de l’école Camondo, le centre Georges Pompidou qui accueille une exposition “Nouvelles vagues” mettant à l’honneur le mobilier de plage et autres gonflables… On sent que le Sud frémit. Nous sommes fiers d’en faire partie.

Kim Haddou et Florent Dufourcq, lauréats de l’édition 2018. Retrouvez leur portrait ici.

Le jury est composé de 13 personnalités du monde du design et de l’architecture. Quels sont les critères de sélection ?

Les critères de sélection appartiennent chaque année aux regards des deux présidents de jury et des personnalités qui les accompagnent. À chaque festival, ses choix politiques et poétiques. Cela peut être engagé, ou artistique. Chaque édition est représentative des expressions créatives actuelles. Cette année, c’est François Champsaur, président du jury, qui a donné la parole à dix candidats très différents mais dont les thématiques explorent le développement durable, l’écologie, les matériaux naturels. L’idée est de penser le futur. On revient de plus en plus aux matériaux bruts, à l’authentique : l’architecture de demain, c’est l’architecture “des deux mains”.

Que représente la dotation American Vintage ?

American Vintage offrira une dotation au lauréat de la catégorie architecture d’intérieur. Ce dernier aura alors la possibilité d’exprimer toute l’étendue de son talent en concevant l’aménagement des vitrines d’une sélection de boutiques de la marque. Ils vont choisir un candidat qui aura la chance concrétiser un premier projet professionnel. Je trouve cela très intéressant, puisque cela met le pied à l’étrier et assure concrètement la relève de la création artistique !

Photographie de Une : Carole Bellaiche

L’AMV Journal est un lieu dédié aux rencontres, à la découverte et aux voyages. Chaque semaine, vibrez au rythme des coups de coeur, portraits et inspirations d’American Vintage et de son studio de création.

Suivez-nous