Été 2019 : les vacances éternelles

11

Se lever tôt, prendre le temps, vivre l’instant.
Loin de la ville, les heures s’étirent à l’infini. On flâne.

Pour la retrouver, il a fallu conduire longtemps.
À la radio, des tubes grésillent. Ceux des chanteurs et chanteuses d’avant.
Elle n’a pas changé.
Ses volets écaillés, la fraîcheur de ses chambres, son sol inégal, rassurant.

Dans les armoires, un marcel, une robe de flanelle, un chapeau.
Les chemises imprimées qui y dormaient et le linge délicat d’hier s’Éveillent au contact du soleil.
Pour la première fois, les cotonnades d’antan rencontrent les pièces de denim et les influences sportswear que l’on transportait dans notre valise.
Tout le jour, on porte à même la peau ces étoffes réconfortantes, ce coton nid d’abeille ou ce molleton cocon qui enveloppent la silhouette d’une aura familière.
Sans avoir à réfléchir. Comme si c’était une intuition.

Sur le lit, ce roman d’amour que l’on a déjà lu cent fois.
Qu’on relira.

Ce n’est pas une saison, c’est une sensation.
C’est l’été.

À voir aussi : Le lookbook American Vintage printemps-été 2019

Retour aux sources

De la couleur, des coupes intemporelles et un choix rigoureux de ses matières. Mises à l’honneur, les pièces unisexes habillent toutes les silhouettes et se mixent à l’envi à des modèles qui tranchent : robe-chemise aérienne, lin lavé ou bermuda esprit costume que l’on porte avec un mood décontracté.

Au total, un medley d’influences pour des pièces qui évoquent le mélange des genres, l’insouciance et la route des vacances. Empruntes d’une esthétique sportswear, les modèles estampillés « AMV Camp » insufflent un vent de liberté très 70’s sur des shorts ou t-shirts simplissimes. Audacieux, ils se mêlent à des imprimés vintage qui rappellent l’ambiance si particulière des friperies. D’inspiration « seconde main », le vêtement prend la parole pour raconter sa propre histoire. Différemment. Cueillis sur le chemin de la plage, la fraîcheur d’un bouquet de fleur donne naissance à des imprimés bourgeonnants. Une audace que l’on conjugue sur un mode aérien avec des pièces nude. Comme le sable dont il reprend la couleur, le coton et la peau font corps avec la matière : naturelle, légère.

Pour des allures qui résonnent comme des évidences.

Le ciel, le soleil et Marseille

Sous l’objectif de la photographe Julia Chameau, la cité phocéenne se fait le terrain d’expérimentation de la nouvelle campagne American Vintage. En suivant trois amis dans les rues de Marseille, elle se décline comme on raconterait une histoire intime.

Parce que les modes passent mais que le style demeure, ses clichés se conçoivent comme une parenthèse hors du temps. Les journées à la plage. Celles où l’on ne fait rien mais où l’on ressent tout. Le silence. Les rires. Le vent. Les calanques. Visages de cette journée d’été, Adèle Farine, Angèle Metzger et Lemmie van den Berg incarnent cet état d’esprit libre, pile dans l’instant. Pour la première fois uniquement habillés de pièces « Maison AMV », nouveau concept qui rassemble sous un nom évocateur tous les basiques incontournables d’American Vintage, leur silhouette se fait intemporelle. Véritable changement stratégique aux accents slow fashion, la marque met en lumière ses essentiels où le mythique t-shirt blanc côtoie le denim brut, les pieds dans le sable. Les filles empruntent au garçon une veste en jean dont le coton gros grain contraste avec la délicatesse de leurs jambes nues. Le garçon leur vole, sur ses chemises et ses shorts de velours, les couleurs franches de l’été : rose cerise, rouge carmin. Loin des tendances, pile dans l’instant présent, le trio célèbre le retour aux sources d’une marque conçue pour durer : cet été, dans 6 mois comme pour la prochaine dizaine d’années.

L’AMV Journal est un lieu dédié aux rencontres, à la découverte et aux voyages. Chaque semaine, vibrez au rythme des coups de coeur, portraits et inspirations d’American Vintage et de son studio de création.

Suivez-nous